Pourquoi les odeurs rappellent des souvenirs si vifs

Agrandissement de l’alimentation de la prostate : Aliments à manger et à éviter
décembre 16, 2018
Qu’est-ce que l’entropion ?
décembre 16, 2018

Pourquoi les odeurs rappellent des souvenirs si vifs

Pourquoi les odeurs rappellent des souvenirs si vifs

Une nouvelle étude, publiée dans la revue Nature Communications, montre que notre cerveau intègre l’odorat à l’information sur l’espace et le temps pour former des souvenirs épisodiques. Les résultats pourraient mener à de meilleurs “tests de reniflement” de la maladie d’Alzheimer.
Les odeurs peuvent déclencher de fortes crises de nostalgie, et de nouvelles recherches nous aident à comprendre pourquoi.
Lorsque l’odeur de Madeleines a incité Proust à écrire des centaines de pages de souvenirs, il ne savait pas qu’il aidait à découvrir un nouveau domaine d’étude neuroscientifique.
Des décennies plus tard, les chercheurs ont émis l’hypothèse que la capacité exceptionnelle des odeurs à déclencher les souvenirs – connue sous le nom d'”effet Proust” – est due à la proximité du système de traitement olfactif au centre de la mémoire du cerveau.
En effet, l’amygdale, la structure du cerveau en forme d’amande qui traite l’information sensorielle, et l’hippocampe, la zone responsable du stockage des souvenirs épisodiques pour un accès ultérieur, sont étroitement liés dans le cerveau.
Les souvenirs épisodiques sont des souvenirs autobiographiques d’événements passés spécifiques. Dans le cas de Proust, l’odeur de Madeleines déclenchait des souvenirs de la “vieille maison grise de sa tante dans la rue, (…) et avec la maison la ville, du matin au soir et par tous les temps, la place où j’étais envoyé avant le déjeuner, les rues où je faisais mes courses, les routes de campagne que nous empruntions quand il faisait beau”.
Ce n’est pas un hasard si les souvenirs de Proust concernaient l’espace et le temps. De nouvelles recherches montrent que l’information spatio-temporelle est intégrée dans une région du cerveau appelée noyau olfactif antérieur (AON), qui est impliquée dans la maladie d’Alzheimer.
Se référant aux odeurs et aux informations sur l’espace et le temps, Afif Aqrabawi, co-auteur de l’étude, dit : “Quand ces éléments se combinent, un quoi quand la mémoire se forme (…) C’est pourquoi, par exemple, vous pourriez avoir la capacité de vous rappeler l’odeur du parfum d’un amant (le quoi) quand vous pensez à votre premier baiser (le quand et où)”.
Aqrabawi est candidate au doctorat au Département de biologie cellulaire et systémique de l’Université de Toronto, au Canada. Il a mené l’étude en collaboration avec Jun Chul Kim, professeur au Département de psychologie de l’Université de Toronto et directeur de recherche diplômé.

Le rôle de l’AON dans la formation de la mémoire

Aqrabawi et le professeur Kim voulaient examiner le rôle de l’AON dans la mémoire, et ils ont donc soumis les souris à une série d’expériences qui ont conduit à la découverte d’une “voie neurale inconnue jusqu’alors” entre l’hippocampe et l’AON.
Lorsque cette connexion est intacte, les souris ” préfèrent passer plus de temps à sentir une nouvelle odeur qu’une odeur qui leur est familière “, explique Aqrabawi.
Sniffing out dementia with a simple smell test
Dans une étude menée auprès de près de 3 000 personnes, un simple test olfactif a permis d’identifier les personnes les plus à risque de développer la maladie d’Alzheimer.
Lire maintenant
Mais lorsque la voie neurale a été perturbée au cours des expériences, les rongeurs sont revenus renifler les odeurs comme si elles étaient nouvelles.
“Quand ils perdent cette préférence, c’est sous-entendu qu’ils ne se souviennent plus de l’odeur même s’ils l’ont déjà reniflée auparavant, alors ils continuent à sentir quelque chose comme si c’était la première fois,” dit Aqrabawi.
“Les résultats démontrent] que nous comprenons maintenant quels circuits dans le cerveau gouvernent la mémoire épisodique de l’odorat. Le circuit peut maintenant servir de modèle pour étudier les aspects fondamentaux de la mémoire épisodique humaine et les déficits de mémoire olfactive observés dans des conditions neurodégénératives.”
Afif Aqrabawi

Vers de meilleurs tests de dépistage de la maladie d’Alzheimer

“Étant donné la dégénérescence précoce de l’AON dans la maladie d’Alzheimer “, ajoute le professeur Kim, ” notre étude suggère que les déficits olfactifs des patients impliquent des difficultés à se souvenir du ” quand ” et du ” où ” des odeurs se sont produites.
De nombreuses études antérieures ont documenté le rôle de l’AON dans le développement de la maladie d’Alzheimer.
En fait, il a été suggéré que cette région est l’une des premières à être affectée par la formation d’agrégats protéiques anormaux, qui sont une caractéristique de la pathologie de la maladie d’Alzheimer.
C’est pourquoi les chercheurs ont travaillé à la mise au point de ” tests renifleurs ” dans l’espoir de détecter la maladie d’Alzheimer alors qu’elle en est encore à ses premiers stades.
Toutefois, les auteurs de la nouvelle étude suggèrent que de tels tests seront insuffisants jusqu’à ce que le rôle de l’AON devienne parfaitement clair. Mais les nouvelles découvertes pourraient changer la donne et améliorer l’efficacité des tests de sniff.
“De tels tests pourraient être plus sensibles à la détection des problèmes que si les patients étaient incités à se souvenir d’une odeur en soi “, dit le professeur Kim.

Attention ! Cet article à été publié par un bénévole, il est en cours de validation par l’administrateur et les informations n’ont pas encore été vérifiées par un professionnel de la santé

Une question ? Une correction ? Une mise à jour ? Un problème ? RDV sur notre page Contact, Merci